Ylang, vanille, girofle : nouvelle stratégie pour renforcer les filières

 Ramassage de la vanille après séchage au soleil par les femmes ouvrières

Mutsamudu, le 4 mars 2015 - Comment améliorer la compétitivité des exportations des filières de rente que sont la vanille, l’ylang et le girofle en Union des Comores ? Avec un financement du Cadre Intégré Renforcé (CIR), l’appui technique et financier du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et du Centre du Commerce International (CCI), le Gouvernement déclenche son plan de mobilisation pour le secteur. Budget : 3,5 millions de dollars (environ 1,4 milliard KMF). Durée : 3 ans.

 

En réunissant à Mutsamudu, ce mercredi 4 mars, les acteurs de l’ylang ylang, du girofle et de la vanille (producteurs, coopératives, exportateurs, etc.) et les partenaires au développement, la Vice-Présidence en charge du commerce extérieur, le Ministère de la production et le Système des Nations Unies comptent ainsi améliorer les conditions économiques des opérateurs des filières des principaux produits d’exportation des Comores. En clair, il s’agit notamment de :

 

-       Mettre en place une meilleure structuration des groupes de producteurs afin qu’ils jouent un rôle de catalyseur dans la chaine de valeurs des trois filières,

 

-    Renforcer la chaine de valeurs de chaque produit en vue d’améliorer leur compétitivité,

 

-    Introduire des technologies modernes et appropriées dans la chaîne de production et de préparation des épices et des huiles essentielles,

 

-    Repositionner solidement les filières avec la mise en place, à moyen terme, d’un plan marketing en vue de créer un label ou une marque « made in Comoros » reconnu à l’international,

 

-     Promouvoir de nouveaux marchés (exemple : produits transformés).

 

Ce projet répond aux priorités de la Stratégie de croissance accélérée et développement durable (SCA2D) sur laquelle le Programme des Nations Unies pour l’aide au développement (PNUAD/UNDAF 2015-2019) est alignée.