Journée internationale des droits humains

 Session de sensibilisation sur les droits humains auprès des élèves du collège rural de Hoani, Mohéli, le 10 décembre 2015

Depuis 1950, chaque 10 décembre, est célébrée la journée internationale des droits de l’Homme. Cette journée a été instituée par l’Assemblée Générale des Nations Unies, en référence à l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) en 1948, pour créer l’opportunité, au moins une fois par an, de promouvoir les droits inhérents à toute personne humaine.

 

Une quinzaine d’années plus tard, deux autres textes sont venus compléter et développer le contenu de la DUDH. Ce sont d’une part, le pacte international relatif aux droits civils et politiques et, d’autre part, le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels ; tous deux adoptés en Assemblée Générale des Nations Unies le 16 décembre 1966.

 

C’est pourquoi, en cette année 2015, qui marque le soixante-dixième anniversaire de l’Organisation des Nations Unies, il a été décidé de rallier les deux dates et ainsi, d’ouvrir une année entière de célébration du cinquantième anniversaire de ces deux pactes, sous le slogan « Nos droits. Nos Libertés. Toujours ». 

 

Les droits et libertés font référence à ce que l’ex-président des États-Unis Franklin D. Roosevelt a défini comme les quatre libertés essentielles et droits intangibles de tout être humain : la liberté d’expression, la liberté de religion, la liberté de vivre à l’abri du besoin et la liberté de vivre à l’abri de la peur. C’est son épouse Eleanor Roosevelt qui a permis d’inscrire ces libertés dans la DUDH.

 

En Union des Comores, le Système des Nations Unies (SNU) a travaillé en collaboration avec le gouvernement comorien et la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL) à l’occasion de cette journée pour permettre à la population comorienne de connaître ses droits, encore souvent ignorés. Des sessions de sensibilisation ont ainsi été organisées sur l’île de Mwali les 9 et 10 décembre 2015. L’équipe de sensibilisation, composée de membres du gouvernement, de la CNDHL, de défenseurs des droits humains, et de personnel du SNU, a fait des arrêts à l’université de Wanani, au lycée de Nioumachoua, à la place publique de Ndrondroni et au collège rural de Hoani pour parler des droits humains. Les intervenants ont présenté les organes en charge de renforcer la promotion et la protection des droits humains, et ont ensuite ouvert des discussions sur diverses thématiques pour permettre à la population de s’exprimer sur ses préoccupations quotidiennes quant à ces thématiques. 

 

Il a notamment été discuté des cas de harcèlement sexuel en milieu scolaire, des carences et dysfonctionnements  du système judiciaire et des arrestations arbitraires, ou encore des  difficultés d’accès aux services de santé. 

 

Les supports essentiels à la sensibilisation utilisés pour l’occasion ont été la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et les deux pactes traduits en langue comorienne et diffusés sous forme de livrets. En effet, le premier pas vers le respect des droits humains est la connaissance et la compréhension de ces droits par tous.

 

La célébration s’est clôturée par une cérémonie officielle qui s’est tenue à Fomboni, le10 décembre, en présence du chef de l’Etat, Dr. Ikililou Dhoinine, et de la coordonatrice du Système des Nations Unies par intérim, Dr. Rosa Soares Da Silva. Ils ont saisi l’occasion pour exprimer la nécessité de respecter et de protéger ces droits. Le chef de l'Etat a réaffirmé l'engagement et la volonté du gouvernement à faire respecter ces droits dans le pays.