Journée mondiale de l’environnement. Le développement vert, un enjeu crucial pour les Comores

 Maki, Nioumachoi, Mwali

Moroni, le 5 juin 2015 - Cette année, la Journée mondiale de l’environnement a pour thème « Sept milliards de rêves. Une seule planète. Consommons avec modération. » Comment parvenir à une croissance économique durable, notamment en protégeant l’environnement en Union des Comores? Les enjeux liés à la préservation et la conservation de la biodiversité contribuent à la lutte contre la pauvreté et au développement. 



Avec pour objectif de faire de l’environnement un moteur de croissance économique, le Système des Nations Unies en Union des Comores accompagne ainsi le Gouvernement dans sa stratégie de croissance et de développement durable(SCA2D), notamment avec la mise en œuvre de programmes de développement d’envergure.

 

D’un parc marin… à des activités économiques             

    

La première aire protégée des Comores, le Parc marin de Mohéli créé à l’initiative du PNUD et aujourd’hui appuyé conjointement avec l’Agence française de développement (AFD), contribue non seulement à protéger les espèces endémiques comme les tortues vertes, les baleines à bosse, les chauves-souris de Livingstone, mais devrait également permettre aux 10 villages du Parc de développer des activités économiques génératrices de revenus dans une approche éco-touristique.

 

Des abeilles… à des emplois                     

 

Le développement de l’apiculture, mené par des volontaires du Corps de la Paix et accompagné par le PNUD, contribue aussi à la protection des abeilles puisque celles-ci jouent un rôle fondamental dans la pollinisation des fleurs et des cultures agricoles. Par ailleurs, le miel produit localement, notamment dans la forêt du Karthala, pourrait favoriser la création de nouveaux emplois grâce à la formation d’apiculteurs, de transformateurs et d’éleveurs respectueux de l’environnement.

 

D’un volcan… en source d’énergie            

 

Comment transformer la menace que représente le volcan Karthala encore en activité sur la Grande Comore (avec l’un des plus grands cratères au monde avec 4km de diamètre du nord au sud et 3km d’est en ouest) en une source d’énergie durable ? L’idée d’exploiter la géothermie du volcan s’est concrétisée en septembre dernier, entre le Gouvernement de l’Union des Comores, la Nouvelle Zélande et le PNUD. Ce projet, dont la deuxième phase d’études de surface aura lieu courant deuxième semestre 2015 devrait également permettre de développer un tourisme de niche autour du Karthala.

 

Entre le Parc marin de Mohéli, la richesse de la biodiversité de ses îles et le volcan Karthala, l’Union des Comores dispose d’une biodiversité unique au monde avec plus de 900 espèces de plantes dont 500 endémiques et près d’une centaine d’oiseaux dont 9 sont en voie de disparition. Par ailleurs, le Parc marin de Mohéli abrite entre autres 2 espèces de tortues marines et sert de spot d’accueil pour les baleines pendant la période de reproduction. L’archipel est situé au sein d’un des 25 haut-lieux de la biodiversité mondiale reconnus par Conservation International.